Histoire des amérindiens

 

Amérindiens

Les termes Amérindien ou Indien d'Amérique désignent les premiers occupants du continent américain et leurs descendants. En 1492,l’explorateur Christophe Colomb pense avoir atteint le sous-continent indien, alors qu’il vient de débarquer en Amérique. C'est dans ce contexte que les Européens nommeront brièvement ce territoire les Indes occidentales, pour les différencier de celles dites orientales. À cause de cette confusion, on continue d’utiliser le mot « Indiens » pour parler des populations du Nouveau Monde. Avec les travaux du cartographe Martin Waldseemüller au début du XVI° siècles, on commence à parler de « continent américain », en mémoire du navigateur italienAmerigo Vespucci ; ses habitants sont alors désignés sous le nom d'« Indiens d’Amérique » pour les distinguer des populations de l'Inde sans modifier complètement l'usage de les désigner comme des Indiens.

En l’absence d’appellation qui fasse consensus, on utilise parfois les expressions de peuples autochtones ou aborigènes, ou plus précisément, Premières nations ou Premiers peuples (traductions littérales de l'anglais). L'expression Peaux Rouges est ancienne et n'est plus beaucoup utilisée en Amérique. On parle aussi de peuples précolombiens pour la Mésoamérique et la cordillère des Andes . En anglais, au Canada comme aux Etats-unis, on utilise les expressions Native Americans (« Américains d'origine »), American Indians, Native peoples (« peuples d'origine »), First Nations, First Peoples, Aboriginal Peoples. Toutefois, ces termes sont souvent rejetés par les intéressés qui préfèrent être appelés en fonction des noms originels de leurs peuples.

 

Les sociétés nord-amérindiennes

Peuplement originel : Théories anciennes et découvertes les plus récentes
Langues

Familles de langues amérindiennes et isolats en Amérique du Nord

Les ethnolinguistes estiment le nombre de langues amérindiennes, mortes et toujours existantes confondues, à 1000 ou 2000, dont 200 rien qu'en Amérique du Nord. Bien que certaines comportent des différences majeures par rapport à d'autres, les spécialistes ont pu les regrouper en « familles » n'ayant parfois connu aucun contact. Les langues eskimo-aléoutes comprennent l'inuktun ou l'inupiaq. La famille des langues athapascanes comprend des dialectes pratiqués par les Apaches et les Navajos. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les services secrets américains employaient des auxiliaires navajos qui traduisaient dans leur langue les messages les plus confidentiels avant qu'ils soient cryptés.

Enfin, les langues européennes ont nommé en utilisant leurs propres vocabulaires des éléments de la culture amérindienne, ce qui introduit des confusions : les espagnols ont ainsi baptisé les Indiens pueblos qui signifie village, mais les pueblos appartiennent à quatre groupes linguistiques différents : Hopi, Zuñi, Keres et Tanoar. Les colons anglophones ont utilisé l'appellation"Indian Corn" pour désigner le "maïs", comme les colons francophones, l'appellation "blé d'Inde".

Listes des tribus d'Amérique du Nord

Carte des réserves indiennes aux États-Unis

Les peuples les plus connus sont :

Chronologie

1540
Les Espagnols arrivent au Nouveau-Mexique

1682

Cavelier de la Salle prend possession de la Louisiane pour le roi Louis XIV

1764
Les Français fondent Saint- Louis

1776
Indépendance des Etats- Unis

1806
Expédition Lewis et Clark de Saint-Louis au Pacifique.

1807- 1840
Epoque de la fourrure dans le Grand Ouest.

1822- 1846
Epoque du commerce de Santa Fé

1824
Création du Bureau des Affaires Indiennes (BIA : Bureau of Indian Affairs).

1829
La dernière femme de la tribu Béothuk décède au Canada.

1836
Massacre de la garnison de l'Alamo, à San Antonio ( Texas)

1837
Une épidémie de variole décime les Mandans au Missouri.

1838
Les Cherokee (Tsalagi) sont déportés en Oklahoma, c'est "la Piste des Larmes".


1847
Les Mormons ouvrent la piste des chariots pour l'Ouest et fondent Salt Lake City (Utah)

1848
Découverte de l'or en Californie.

1849
Ruée vers l'or de la Californie et fondation de San Francisco

1852 - 1862
Création de compagnies de diligences.

1857
Bataille de la Platte opposant l'armée aux Cheyenne.

1860
Début de l'extermination des bisons.
Epoque du " Pony Express"

1862
Soulèvement des Sioux Santee sous la conduite du chef Little Crow.
Le 26 décembre, une quarantaine de Sioux Santee ayant participé au soulèvement, sont pendus à Fort Snelling.

1863
Le 1er janvier, mort de Mangas Coloradas chef des Apaches Gilas.

1863 - 1869
Construction du premier chemin de fer transcontinental

1864
En novembre, Massacre de Sand Creek : le Campement Cheyenne est attaqué par l'armée américaine.

1866
Le chef Crazy Horse mène l'attaque des Sioux contre le fort Phil Kearney.

1866- 1890
Epoque du cow-boy

1868
Le 8 novembre, massacre des Cheyenne du camp du chef Black Kettle sur la Washita river.

1870-1890
Les fermiers s'installent dans l'Ouest

1870
Massacre des BlackFeet à Marias River.

1872
En novembre, début de la guerre entre l'armée et les Modocs en Californie.

1873
En janvier, bataille de la Forteresse entre l'armée et les Modocs.
Le 11 avril, le chef Modoc Captain Jack abat le général Canby lors de négociations de paix.
Le 3 juin, l'armée capture le chef Captain Jack.
Le 3 octobre, pendaison de Captain Jack.

1874
Mort du chef Apache Cochise.
Attaque d'un camp de chasseurs de bisons à Adobe Walls par le chef Quanah Parker à la tête de 700 guerriers Comanches

1875
Mort du chef Kiowa Kicking Bird.

1876
Le 25 juin, le régiment de cavalerie du général Custer est anéanti par les Sioux et les Cheyennes sous la conduite des chefs Sitting Bull et Crazy Horse lors de la bataille de Little Big Horn.

1877
Début de la poursuite légendaire des Nez Percés par l'armée américaine.
Le 17 juin, bataille de White Bird Canyon opposant l'armée au Nez Percés.
Le 11 juillet, les Nez percés repoussent l'armée à la bataille de Clear Water Creek.
En août, les Nez Percés s'opposent à nouveau à l'armée à la bataille de Big Hole.
Fin septembre début octobre, le chef Nez Percés Looking Glas trouve la mort à la bataille des monts Bear Paw.
Le 7 septembre, le chef Sioux Crazy Horse meurt transpercé par une baïonnette alors qu'il venait de se rendre.
Le 30 septembre débute la dernière bataille entre les Nez Percés et l'armée au mont Bear Paw près de Snake Creek à seulement une soixantaine de km de la frontière canadienne.
Le 4 octobre, Chef Joseph décide de se rendre à l'armée, fin de la fuite des Nez Percés.

1878
Mort de Satanta chef de guerre des Kiowa.

1880
Mort de Victorio chef des Apaches Mimbres.

1883
Le chef Apache Geronimo se rend une première fois.

1885
Geronimo reprend la lutte.

1886
Le Chef Geronimo se rend définitivement, fin de la résistance Apache.

1889
En janvier, vision du Shamane Paiute Wovoka qui inspira la danse des esprits et la dernière tentative de rébellion des Sioux.

1890
Le 15 décembre, Sitting Bull, chef spirituel des Sioux Hunkpapa est abattu par les soldats.
Le 29 décembre, massacre des Sioux Minneconjus à Wounded Knee Creek et mort du Chef Big Foot, fin de la résistance indienne.

1904
Mort du chef des Nez Percés Chef Joseph.

1909
Mort du grand chef Apache Geronimo.

1911
Mort du chef Comanche Quanah Parker.
Fondation de l'Américan Indian Association.


1968
Naissance de L'Américan Indian Movement (AIM).

1973
Occupation armée du site de Wounded Knee par quelques 300 Amérindiens dont des membres de l'AIM et création de la Nation Indépendante des Oglalas.


Leurs Origines.

 

 

Leur histoire aurait commencé quelques 40.000 ans avant l'arrivée de Christophe Colomb.

C'est à cette époque que venant d'Asie, ils se seraient installés en Amérique. Un pont de glace relie alors la Sibérie à l'Alaska. Tout en poursuivant des troupeaux de mammouths, des groupes de chasseurs nomades sont passés sans le savoir de l'Asie en Amérique. Au fil des millénaires, les Indiens s'installent partout du Nord au Sud.

Une deuxième vague venant de Sibérie occupent les déserts glacés de l'Arctique, il y a 3000 ans. Ce sont  les Inuits. Les peuples indiens s'adaptent aux milieux naturels les plus difficiles. Des grandes plaines de l'Ouest en passant par l'immense forêt amazonienne jusqu'à la terre de feu, ils créent des civilisations extrêmement différentes.

Avant l'arrivée des Blancs, on estime que 7 à 8 millions d'indiens occupaient l'Amérique du Nord. Tous les vestiges archéologiques retrouvés ici et là, dans les vestiges, attestent de l'ancienneté de l'occupation du continent. Ici comme sur d'autres continents, on retrouve les mêmes signes de l'évolution de l'homme comme par exemple le façonnage de récipients , les peintures rupestres représentant les scènes de la vie quotidienne, l'expression par signes chez les peuples qui n' écrivaient pas ou bien encore les outils primitifs, mis à la disposition par la nature ( pierre, os , bois taillés). Et puis, au fil du temps les techniques ont évolué comme nous le montre dans certaines régions les habitats collectifs très poussés à plusieurs étapes.

Les premiers Américains du Nord, les Indiens étaient et restent encore aujourd'hui des chasseurs comme les Cree du Canada. Autrefois, le caribou, l'élan, l'ours, le castor et aussi bien sûr le bison étaient traqués pour leur chair et leur peau. Il y a aussi la pêche qui fait vivre des populations entières, sur la côte Nord- Ouest où le saumon est abondant.

Et puis bien sûr, là où le  climat le permet: l'agriculture.
Le maïs d'abord: des clairières du bord des grands lacs aux plaines sèches de l'Arizona .
Aucun peuple ne néglige pourtant la collecte des racines, des baies sauvages ou des plantes médicinales.

L'Invasion.

Lors de l'arrivée des premiers colons, les Indiens furent plutôt accueillant. Permettant à ces colons de s'installer sur une partie de leurs territoires. Les Indiens n'avaient pas la notion de la propriété terrienne. Cela n'avait aucun sens, pour eux, de vouloir acheter un morceau de terre. Puisqu'ils appelaient la Terre "Notre Mère Terre"; parce qu'elle était la Terre Nourricière. Celle qui faisait pousser la nourriture pour les animaux qui leurs servaient de nourriture; pousser les arbres qui leurs permettaient de se chauffer ainsi que de cuire leurs aliments; de construire leurs habitations; de fabriquer leurs arcs; qui permettait de récolter des baies, des glands (avec les quels ils faisaient de la farine )...

Vue l'arrivé de plus en plus massive de colons, les Indiens furent boutés hors de leurs terres et durent reculer devant l' ampleur de l' invasion. C'est de cette époque que date les premiers traités que les colons s'empressèrent, en général, de ne pas respecter. Vu cette situation, les Indiens se sentant spoliés, réagirent et c'est ainsi que débutèrent les premières "Guerres Indiennes".

 

Le Génocide.

http://www.lapetition.be/en-ligne/pour-que-le-gnocide-amrindien-soit-class-crime-contre-lhumanit-6311.html

Oui, je pèse mes mots, il y a bien eu un génocide à la fois culturel et physique.

Les colons devenus de plus en plus nombreux s' accaparèrent non seulement des terres indiennes mais décimèrent presque complètement les troupeaux de bisons affin de nourrir les nombreux travailleurs qui construisaient les voies ferrées et en organisant des chasses collectives dans le but d' exterminer le bison qui était la survie des Indiens. Plus de bisons donc plus d'Indiens. Ils les déplacèrent dans des "réserves" qui bien souvent était des endroits incultes, insalubres et pauvres en gibier. Lors de ces déplacements forcés, parfois extrêmement long, beaucoup d'Indiens n'y survécurent, périrent du froid, du manque de nourriture et d' hygiène. Dans ces "réserves" d'autres trouvèrent la mort par la famine entretenue par certains colons qui revendirent les denrées alimentaires ou lieu de les fournir aux Indiens ou leurs fournissant de la nourriture avariée qui pour ces colons était devenue invendable. Lors de ces "marches" les colons fournirent aussi aux Indiens des couvertures infectées par les microbes de la petite vérole et de la tuberculose ( fait connu de certaines autorités !!!) Les Indiens n'ayant pas le même système immunitaire, beaucoup succombèrent de ces maladies.
Quelques Indiens tentèrent de se révolter, mais furent rapidement mis à raison.
L' autre forme de génocide fut culturel. On imposa aux Indiens soit la religion catholique, soit la religion protestante. Les obligeant à renier leurs croyances ancestrales et leurs coutumes. Principalement en obligeant les enfants, dont certain furent retirés de leur milieu familial et de leur réserve, d' être "instruit" selon les concepts religieux en vigueur dans des établissements spécialisés s' apparentant plus à des maisons de redressement qu'a des pensionnats; de porter des vêtements de "civilisé", d'avoir les cheveux court et avec l'interdiction de parler leur langue tribale...

http://www.lapetition.be/en-ligne/pour-que-le-gnocide-amrindien-soit-class-crime-contre-lhumanit-6311.html

Les Massacres.

 Source : Le site officiel du général U.S. George Armstrong Custer
de Edmond Cornut à http://www.custer.ift.cx

 

Le peuple blanc a décidé, le jour où il a posé son pied sur la terre d'Amérique, que cette terre lui appartenait quel que soit les gens qui l'occupaient. Dès la fin de la guerre de Sécession, l'inflation est en hausse, la population est en constante croissance, le pays est ruiné. L'armée, pressée par la population qui demande à ce que l'Ouest et ses richesses s'ouvrent à elle, est contrainte de réagir. Tous les prétextes sont choisis pour détruire systématiquement les villages indiens. Le problème des Indiens, c'est qu'ils sont un peuple et que l'où on trouve des guerriers, on trouve aussi des femmes et des enfants car ils ne voyagent jamais séparés. Ceci n'excuse bien sûr en rien la gravité des actes du gouvernement des États-Unis d'Amérique.
1864 Le massacre de Sand Creek :

Lorsqu'ils s'installèrent dans les Blacks Hills, les Cheyennes y trouvèrent déjà les Arapahoes avec lesquels ils s'entendirent. Leurs croyances étaient similaires. Ils s'allièrent souvent contre l'armée des Etats Unis. Ces deux tribus sont toujours unies.

Les Cheyennes faisaient beaucoup d'échange avec les blancs. Ils troquaient des fourrures, des chevaux et des mocassins contre de la nourriture, du tabac et des fusils. Avec l'arrivée massive de nouveaux colons, quelques incidents (rares toutefois) eurent lieu. Mais le massacre de Sand Creek aggrava la situation. Arapahoes, Cheyennes et Sioux s'allièrent et une guerre commença.

A la fin de la guerre contre les Blancs, les Cheyennes durent intégrer des réserves et leur nombre diminua. Ceux du Sud résident de nos jours en l'Oklahoma, ceux du Nord dans le Montana.

Le massacre eut lieu le 29 novembre 1864 et fut surnommé le "Massacre de Chivington". Avec l'arrivée massive de colons, des incidents apparurent et les officiers du Territoire du Colorado demandèrent aux Cheyennes et quelques Arapahoes de regagner les forts pour discuter d'un arrangement. Le chef Cheyenne Black Kettle se dirigea vers le Fort Lyon et établit son camp à une soixantaine de km de celui-ci, avec l'accord du Major du Fort. Le jour dit, le Colonel Chivington, qui était pour l'extermination des Indiens, se présenta au camp, venant du Fort. Alors que Black Kettle avait hissé le drapeau US et le drapeau blanc, le Colonnel, soutenu par 700 hommes de troupe, ordonna le massacre. Deux tiers des Indiens étaient des femmes et des enfants. 500 indiens furent massacrés et les soldats mutilèrent les corps de deux cents d'entre eux.

Il semblerait que les soldats de l'armée régulière qui accompagnait les volontaires n'aient pas participé au massacre, car, je cite, "c'était indigne de notre rang de soldat" (citation de Frederick A. Wilson, soldat). C'est le pire massacre jamais perpétré contre les Indiens.

   1868    Le 7e de cavalerie de Custer massacre 103 hommes, femmes et enfants sur la rivière Washita. Par contre, peu de scalpes sont pris, car c'est une action commandée par Sheridan, Sherman et le parlement américain en représailles de l'année 1867. De plus, 800 chevaux sont abattus conformément aux ordres de Sheridan. 

 1870    Le massacre de la Marias : le colonel Baker, veut attaquer le camp de Montain Chief, un chef Pikuni qui a vainement défendu ses intérêts devant le général Sully. Mais Montain Chief déplace brusquement son camp et la tribu de Heavy Runner se met à sa place. Baker mis au courant par ce changement par son éclaireur Joe Kipp, décide de punir tout de même les Indiens quels qu'ils soient. Le camps est rasé et ses habitants massacrés. Baker est déclaré innocent par le gouvernement après que des plaintes avaient été déposées contre lui. 

   1890    les Danseurs de l'esprit, des Pieds-Noirs principalement, se retrouvent près de Wonded Knee pour la Danse des Esprits. L'armée a peur que ce mouvement déclenche une une révolte au sein des Indiens et envoie le 7e de cavalerie sous le commandant Forsyth mater cette "rébellion".  Le régiment massacre ces innocents et met un terme brutal aux guerres indiennes.

                                                                                                                                                                                                                                

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×